Practicing Kindness Online on World Kindness Day

Sunday is World Kindness Day, a day dedicated to education and inspiring people to choose kindness – in real life and online. At Snap, kindness is one of our core values, and it is on display daily. Extending and exhibiting kindness go hand-in-hand with safety as well, because so many online safety issues can stem from displays of inconsiderate or harsh behavior.

Findings from new Snap research show that three-quarters of Generation Z respondents reported being exposed to at least one online risk over a three-month period earlier this year. More than two-thirds of teens (68%) and 83% of young adults said they personally had fallen victim to some digital risk. About one in five (19%) teens cited that risk as online bullying or harassment, and that percentage was higher for young adults at 22%. Other personal risks for both age demographics included exposure to hate speech and various sexual risks.  

“Cyberbullying is corroding the online world,” said Nicholas Carlisle, CEO of Power of Zero, a non-profit that works closely with Snap and is launching a global program to teach online kindness from an early age. “It causes some to quit, others to escalate their online speech, and it stands in the way of the original promises of the internet of connection, collaboration and creativity. The antidote is for each of us to make a relentless commitment to kindness in our online speech and to use the tools that our social media platforms provide for blocking, reporting and getting help.”

Combating bullying and harassment

Bullying is something no one should have to experience, either in person or online. Snapchat’s Community Guidelines clearly and explicitly prohibit bullying, intimidation, and harassment of any kind. We don’t want it on the platform; it’s not in keeping with why Snapchat was created and designed. If someone is experiencing or witnessing a possible violation of our policies, including bullying or harassment, we encourage them to report it to us right away. 

We have in-app reporting tools where people can report specific Snaps (photos or videos) and accounts. Snapchatters can simply press and hold on a piece of content to report it to us or complete this online form at our Support Site. The form can be submitted by anyone, regardless of whether they have a Snapchat account. (Learn more about how reporting on Snapchat works here.) Reports are reviewed and actioned by Snap’s Trust and Safety teams, which operate 24/7. Enforcement might include warning the offender, suspending the account, or terminating the account entirely.

There’s also the ability to block or remove an offender by pressing and holding on the person’s name until a menu appears, including the heading “Manage Friendship.” At that dropdown, the Report, Block and Remove Friend options appear in red. We, of course, advise leaving any group chat where bullying or any unwelcome behavior might be taking place and reporting it to Snap immediately. Telling us about abusive or harmful content and behaviors help to improve the community experience for everyone. 

Parents, caregivers, and other trusted adults connecting with their teens using Snapchat’s new Family Center feature can also report accounts that may be of concern to them – and they can do so directly in the app. Future updates to Family Center will also include the ability for teens to inform their adult guardians that they made a report to Snap.

More research insights

The new Snap research examines various aspects of online life that contribute to overall digital well-being. The study surveyed teens, young adults, and parents of teens aged 13-19 in Australia, France, Germany, India, the UK, and the US between April 22 and May 10, 2022. Their responses accounted for online interactions from roughly February through April.   

A total of 9,003 individuals participated in this research, and full results* will be released in conjunction with international Safer Internet Day 2023 on February 7. We are sharing select findings on World Kindness Day, however, to encourage more empathetic and respectful interactions on Snapchat and across social media. 

We look forward to sharing the full results, including our first Digital Well-Being Index for each country and across all six, early next year. 

Until then, Happy World Kindness Day and let’s aim to embrace kindness not just on November 13 but throughout the year. 

- Jacqueline Beauchere, Snap Global Head of Platform Safety

The sample size for teens and young people was 6,002, including 4,654 who identified as using Snapchat. A total of 6,087 respondents identified as being users of Snapchat (including parents). Questions did not focus on users of any one social media platform in particular and instead asked about online interactions generally. 

Launching an Unprecedented Public Awareness Campaign on the Dangers of Fentanyl

Today, we are pleased to help launch an unprecedented public awareness campaign with the Ad Council, also funded by YouTube, to help educate young people about the dangers of counterfeit pills and illicit drugs laced with fentanyl.

Drug overdose-related deaths have skyrocketed in recent years, with 2021 seeing a 52 percent increase over the previous two years. Based on research from Morning Consult that we commissioned last year to better understand young people’s awareness of fentanyl, not only did we find that young people were significantly unaware of the extraordinary dangers of fentanyl, but it also brought to light the strong correlation between the larger mental health crisis and the increased abuse of prescription drugs. As a platform many young people use to communicate with their friends, we are committed to helping protect our community, and we believe we have a unique opportunity to inform Snapchatters about the deadly reality of fentanyl-laced pills. While we have been focused on doing our part to raise awareness and educate Snapchatters on our app, we also believe a holistic approach is needed. That’s why we worked with the Ad Council over the past year to build support for this important educational campaign, and we’re pleased to be launching this effort with the Ad Council and our industry partners. 

The campaign, Real Deal on Fentanyl, aims to educate young people living in the U.S. on the dangers of fentanyl and its prevalence in counterfeit prescription pills and illicit drugs. In the new public service ads, viewers will hear from former drug dealers as they teach high school students about the fentanyl crisis as part of their regular class subjects. Shatterproof, a national nonprofit dedicated to reversing the addiction crisis in the U.S., served as an advisor to the campaign production. Song for Charlie, a national family-run nonprofit dedicated to raising awareness about 'fentapills' — fake pills made of fentanyl, is also serving in an advisory capacity, alongside a panel of public health organizations and experts, to provide key insights and data and ensure all aspects of these initiatives are accurately and medically informed. You can read more about the campaign and access additional resources and social graphics here.

As part of this effort, Snapchat will also launch a series of new Augmented Reality Lenses, Filters, Stickers, and content that amplify the campaign's messages across our platform, which will also be available on our in-app drug educational portal, Heads Up. Additionally, Snap is providing $1 million in ad credits to the Ad Council and working with a group of Snap Stars to help spread the word with our community.

This campaign builds on the work we have been doing over the past 18 months to help combat the fentanyl epidemic, in close collaboration with parents, experts in counternarcotics and specifically the fentanyl crisis, and law enforcement organizations. Together, we have developed new in-app tools and content to directly raise awareness with Snapchatters about the dangers of fentanyl and launched Family Center, our in-app parental tool that gives parents insight into who their teens are communicating with on Snapchat. We have also dramatically improved our efforts to proactively detect and remove drug dealers who try to exploit Snapchat and increased our support for law enforcement investigations to bring these dealers to justice. You can read a recent update on our ongoing progress here.

While we believe this public awareness campaign is an important step in helping to educate young people and offer them important resources, we know there is still more work to be done. We will continue to prioritize the health and well-being of our community, work to develop more safeguards to help protect Snapchatters on our platform, and work with governments and technology and public health sectors on this urgent national crisis.

Poursuivre nos efforts pour combattre la crise de Fentanyl aux États-Unis

Snap lancera la semaine prochaine une campagne publique de conscientisation sans précédent avec le Conseil en Publicité pour aider à sensibiliser les parents et les jeunes aux dangers des comprimés de contrefaçon mélangés avec du fentanyl. L'an dernier, le fentanyl est devenu l'une des principales causes de décès pour les adultes de 18 à 45 ans aux États-Unis – et nous savons que les jeunes sont particulièrement à risque. C'est pourquoi nous avons travaillé avec le Conseil de publicité pendant plus d'un an pour collaborer à cet effort, en rassemblant Meta, Snap, YouTube et d'autres plateformes pour la première fois sur un problème aussi critique.

Cette campagne s'appuiera sur le travail que nous avons accompli au cours des 18 derniers mois pour contribuer à la sensibilisation directement sur notre plateforme aux dangers du fentanyl, grâce à des campagnes vidéo, à du contenu original et à de ressources nous venant d'organisations spécialisées. Pendant ce temps, nous avons travaillé énergiquement pour améliorer nos efforts pour détecter et éliminer de manière proactive les trafiquants de drogues qui tentent d'exploiter Snapchat et nous avons augmenté notre soutien aux enquêtes des forces de l'ordre pour traduire ces trafiquants en justice. Nous nous sommes engagés à fournir des mises à jour régulières sur nos progrès et, avant le lancement de la campagne la semaine prochaine, nous partageons le dernier aperçu général de notre travail en cours pour combattre cette épidémie nationale.

  • Renforcement de notre détection proactive : Nous continuons à renforcer nos outils d'Intelligence Artificielle et d'apprentissage automatisé qui nous aident à détecter de manière proactive sur Snapchat les activités dangereuses liées aux drogues. Nos modèles les plus avancés nous aident maintenant à identifier de manière proactive environ 90 % de l'activité illicite liée aux drogues avant qu'un Snapchatter n'ait la possibilité de nous le signaler, et nous continuons de constater une diminution du nombre de rapports liés aux drogues par des Snapchatters. Depuis l'automne dernier, nous avons également vérifié un autre indicateur important de progrès : une baisse du contenu signalé par la communauté concernant la vente de drogues, un indicateur de la diminution de la fréquence. En septembre 2021, plus de 23 % des signalements des Snapchatters concernant les drogues présentaient des contenus spécifiquement liés à la vente ; grâce au travail de détection proactive, nous avons ramené ce résultat à 3,3 % en date du mois dernier. Nous continuerons à travailler pour réduire autant que possible ce chiffre.

  • Travailler sur différentes plateformes afin de trouver des trafiquants de drogues : Sachant que les trafiquants de drogues opèrent sur toute une série de réseaux sociaux et de plateformes de communication, nous travaillons également avec des experts pour trouver du contenu illicite lié aux drogues sur ces autres plateformes qui font référence à Snapchat, afin de trouver les comptes Snapchat des trafiquants de drogues et de les supprimer. Lorsque nous découvrons des trafiquants de drogues qui se servent de Snapchat, non ne nous contentons pas d'interdire leurs comptes, mais nous prenons des mesures actives pour les empêcher d'en créer de nouveaux. Nous poursuivons également notre partenariat avec Meta pour partager les schémas et les signaux de contenu et d'activité illicites liés aux drogues et nous espérons que d'autres plateformes s'associeront à cet effort.

  • Renforcer notre soutien aux forces de l'ordre : Même lors que nous avons dû faire face aux vents économiques contraires courant l'année dernière, nous avons continué à développer notre équipe d'application de la loi qui soutient ces enquêtes, avec de nombreux membres de l'équipe qui nous rejoignent après avoir fait carrière en tant que procureurs et responsables de l'application de la loi ayant une expérience en matière de sécurité pour les jeunes. Ces investissements nous ont permis de continuer à renforcer notre soutien pour répondre aux demandes d'information de la part des forces de l'ordre, que nous priorisons en fonction de l'urgence. Dans le cas de demandes de divulgation en urgence – qui impliquent une menace imminente pour la vie et peuvent comprendre un incident de fentanyl – notre équipe actif 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 répond généralement dans les 30 minutes. Nous avons également continué à améliorer nos temps de réponse pour les demandes qui ne comportent pas une menace imminente pour la vie.

  • Lancement de nouveaux outils parentaux : Nous avons récemment lancé le Centre des familles, notre premier outil parental natif dans l'application et qui permet aux parents de voir une liste de toutes les personnes avec lesquelles leurs enfants adolescents communiquent sur Snapchat. Si un parent observe un compte suspect ou peu familier, notamment un qu'il soupçonne être impliqué dans une activité liée aux drogues, il peut le signaler facilement et de manière confidentielle à nos équipes de Confiance et Sécurité. Nous espérons que ces outils donneront aux parents les moyens d'engager des conversations importantes avec leurs enfant adolescents sur la sécurité en ligne et l'importance de savoir avec qui ils sont en contact. Pour en savoir plus sur le Centre des familles et comment vous y inscrire, cliquez ici.

  • Rationalisation de notre processus de signalement : nous avons mis à jour notre processus de signalement dans l'application pour en réduire le nombre d'étapes et ajouter davantage de catégories de signalement, notamment une catégorie concernant les drogues, afin que les Snapchatters puissent signaler plus rapidement et avec une plus grande précision les contenus ou les comptes nocifs. De plus, dans le souci constant de l'amélioration de nos rapports de transparence, que nous publions deux fois par an, nous avons récemment commencé à classer les drogues dans une catégorie distincte afin de fournir des détails supplémentaires sur nos efforts dans l'application de la loi.

  • Fournir des protections supplémentaires aux adolescents : bien que nous cherchons à rendre Snapchat sûr pour tout le monde, nous avons mis en place des protections supplémentaires afin qu'il soit plus difficile pour les adolescents d'être contactés par des personnes qu'ils ne connaissent pas. Par défaut, les Snapchatters de moins de 18 ans doivent être mutuellement Amis avant de pouvoir commencer à communiquer les uns avec les autres. Les adolescents ne peuvent apparaître comme suggestion d'ami à un autre utilisateur que lors qu'ils ont plusieurs amis en commun et nous ne leur permettons pas d'avoir des profils publics.

  • Sensibilisation directement auprès des Snapchatters : nous bloquons les résultats de recherche portant sur des mots clés et de l'argot liés aux drogues ; si des Snapchatters cherchent ces mots-clés, nous les dirigeons plutôt vers du contenu créé par de partenaires spécialistes sur les dangers du fentanyl, grâce à notre portail dédié dans l'application appelé « Heads Up ». Au cours de la dernière année, nous avons continué à ajouter de nouvelles ressources provenant d'organisations de renommée telles que Song for Charlie, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), l'Administration des services de santé mentale et d'abus de substances (SAMHSA), les coalitions communautaires antidrogue d'Amérique (CADCA), l'Initiative de vérité et le projet SAFE. Depuis le lancement de Heads Up, plus de 2,5 millions de Snapchatters ont reçu de manière proactive du contenu de ces organisations. Notre émission d'actualité, Good Luck America, présentée sur notre plateforme de contenu Découvrir, a également consacré une série spéciale pour sensibiliser les Snapchatters sur le fentanyl qui a été vue plus de 900 000 fois.

  • Faire évoluer notre Conseil Consultatif sur la Sécurité : nous avons récemment reconstruit notre Conseil Consultatif sur la Sécurité (CCS) dans objectif d'ajouter des membres qui représentent les nombreuses zones géographiques de notre communauté mondiale, les disciplines liées à la sécurité et les domaines d'expertise. Notre nouveau Conseil comprend désormais des experts en risques en ligne, notamment concernant les drogues mortelles, ainsi que des parents et des survivants. Le nouveau conseil nous conseillera sur un large éventail de questions et se réunira pour la première fois dans le courant du mois. Vous pouvez en savoir plus sur notre nouveau CCS ici.

Alors que la campagne du Conseil en publicité se poursuit, nous continuerons à travailler avec des organisations spécialisées pour développer des ressources supplémentaires pour les parents sur l'épidémie de fentanyl, ses causes profondes et les signes à surveiller. Et nous restons profondément engagés à développer notre travail opérationnel et éducatif pour combattre cette crise, à la fois sur Snapchat et dans toute l'industrie de la technologie.

Faites connaissance avec le nouveau Conseil Consultatif en Sécurité de Snap !

En début d'année, Snap a annoncé que nous allions reconstruire notre Conseil Consultatif en Sécurité (CCS) dans le but de développer et d'élargir sa composition afin d'inclure de la diversité géographique, des disciplines liées à la sécurité et des domaines d'expertise. Ce faisant, nous avons lancé un processus de candidature en invitant des experts et des individus du monde entier à exprimer leur intérêt pour apporter à Snap des conseils et une orientation sur la sécurité.

Nous avons reçu des dizaines de candidatures de particuliers et d'experts à travers le monde que nous avons évaluées dans un processus objectif et en plusieurs étapes qui a abouti à l'approbation par les cadres exécutifs de notre liste recommandée du comité de sélection. Nous remercions celles et ceux qui ont envoyé leurs candidatures pour leur volonté de soutenir et de travailler avec Snap sur ces questions cruciales, et nous sommes touchés par cet élan d'intérêt et d'engagement.

Aujourd'hui, nous sommes heureux d'annoncer que notre Conseil Consultatif s'agrandit à 18 membres, basés sur 9 pays et représentant 11 différentes zones géographiques et régions. Le nouveau Conseil est composé de 15 professionnels d'organisations à but non lucratif traditionnelles axées sur la sécurité en ligne et d'organisations apparentées, ainsi que de technologues, d'universitaires, de chercheurs et de personnes ayant subi des préjudices en ligne. Les membres sont des experts dans la lutte contre les importants risques de la sécurité en ligne, tels que l'exploitation et les abus sexuels concernant les enfants et les drogues mortelles, et possèdent une vaste expérience dans un large éventail de disciplines liées à la sécurité. En outre, 3 membres du Conseil d'administration qui sont de jeunes adultes et des défenseurs de la jeunesse, se joindront à nous. Nous avons sélectionné ces candidats afin de garantir que le Conseil ait un accès immédiat à la « voix » et au point de vue des jeunes, de s'assurer qu'une partie du Conseil inclut des utilisateurs Snapchat engagés, et de chercher à équilibrer les points de vue des professionnels avec des perspectives pratiques d'une démographie centrale de la communauté Snapchat.

Les personnes suivantes intégrent le nouveau Conseil Consultatif de la Sécurité de Snap :

  • Alex Holmes, PDG adjoint, The Diana Award, Royaume-Uni

  • Amanda Third, chercheuse universitaire, fellow, Institute for Culture and Society, Western Sydney University, Australie

  • Castra Pierre, jeune adulte, membre du USAID’s Digital Youth Council, Haïti

  • Ed Ternan, président, Song for Charlie, États-Unis

  • Hany Farid, professeur de sciences informatiques, Université de Californie, Berkeley, États-Unis

  • Jacob Sedesse, jeune adulte, étudiant et journaliste de technologie à temps partiel, États-Unis

  • James Carroll, Jr., ancien directeur de l'Office of National Drug Control Policy, États-Unis

  • Janice Richardson, conseillère internationale sur les droits des enfants et la citoyenneté numérique, Insight2Act, basée aux Pays-Bas et axée sur l'Europe et l'Afrique du Nord

  • Justine Atlan, directrice générale, eEnfance, France

  • Jutta Croll, présidente du conseil, Stiftung Digitale Chancen (Digital Opportunities Foundation), Allemagne

  • Lina Nealon, directrice des initiatives stratégiques et d'entreprise, National Center on Sexual Exploitation (NCOSE), États-Unis

  • Lucy Thomas, PDG et co-fondatrice, PROJECT ROCKIT, Australie

  • Maria Loodberg, conseillère spécialiste, Friends/World Anti-Bullying Forum, Suède

  • Michael Rich, pédiatre, fondateur et directeur du Digital Wellness Lab & Clinic for Interactive Media and Internet Disorders, Boston Children's Hospital, Harvard Medical School, États-Unis.

  • Okujala, rappeur, créateur de contenu, défenseur de la jeunesse, Royaume-Uni

  • Sudhir Venkatesh, professeur, Université de Columbia, États-Unis

  • Victoria Jayne Baines, professeure d'IT, Gresham College, Royaume-Uni

  • Yuhyun Park, fondatrice et PDG, DQ Institute, Singapour

« Grâce à la technologie, nous sommes plus connectés que jamais, et Snap a joué un rôle clé dans la promotion de cette interaction sociale, » a déclaré Jim Carroll, ancien « Drug Czar » de la Maison Blanche et actuel directeur de Michael Best Advisors. « Je suis honoré d'aider Snap dans son travail en tant que membre de leur Conseil Consultatif, de travailler pour garantir que ce paysage numérique en constante évolution est un endroit positif et sûr pour que leur communauté mondiale continue à se développer. »

Hany Farid, professeur de sciences informatiques, Université de Californie, Berkeley : « Aux États-Unis, l'âge moyen auquel un enfant rejoint les médias sociaux est de 13 ans. Il faudra encore une décennie avant que le cortex préfrontal d'un enfant ne soit pleinement développé. Tel que nous le faisons dans le monde hors-ligne, nous avons la responsabilité de protéger les enfants qui participent à cette vaste expérience en ligne. Je suis encouragé par le degré de sérieux avec lequel Snap prend les risques que les réseaux sociaux représentent pour les enfants, et je suis ravi de rejoindre leur remarquable équipe pour veiller à ce que leurs services (et ceux de tout le monde) soient sûrs pour nos citoyens les plus jeunes et les plus vulnérables. »

« Snapchat est la façon dont mes patients adolescents se parlent les uns avec les autres, c'est leur langue, » a déclaré Michael Rich, pédiatre, fondateur et directeur, Digital Wellness Lab & Clinic for Interactive Media and Internet Disorders, Boston Children's Hospital, Harvard Medical School. « Je suis encouragé par la prévoyance de Snap, qui a cherché des conseils fondés sur des données empiriques sur la façon dont la santé physique, mentale et sociale des jeunes est affectée de manière positive et négative par la façon dont ils communiquent sur les réseaux sociaux visuels. »

Le nouveau Conseil se réunira pour la première fois ce mois-ci et trois fois par an par la suite. Notre réunion inaugurale comprendra une vue d'ensemble du nouveau Centre des familles de Snapchat, ainsi qu'un aperçu de notre contribution à la Journée internationale pour un Internet plus sûr 2023 le 7 février. Bien que les membres du Conseil ne soient pas rémunérés pour leur temps, Snap a cependant la capacité de soutenir les programmes et les initiatives d'une organisation qui s'alignent avec les objectifs de Snap.

Nous voulons que tous les personnes qui ont postulé sachent que faire partie du Conseil Consultatif sur la Sécurité de Snap n'est en aucun cas le seul moyen de s'engager avec nous sur les questions de sécurité. De la même manière que nous avons développé notre nouvel outil pour les parents et les soignants, le Centre des familles, nous prévoyons de faire appeler aux membres de notre conseil consultatif, ainsi que d'autres experts et défenseurs du monde entier, pour partager leurs réactions et leurs points de vue sur les politiques en matière de sécurité, les caractéristiques des produits et d'autres initiatives. Nous sommes impatients de poursuivre ce progrès, de continuer à promouvoir la sécurité sur Snapchat et de soutenir les adolescents et les jeunes qui veulent se connecter avec leurs amis, créer et s'amuser !

– Jacqueline Beauchere, responsable mondiale de la sécurité de la plateforme Snap

Soutenir la santé mentale et la lutte contre l'intimidation sur Snapchat

La santé et le bien-être de notre communauté sont notre priorité. Les jeunes du monde entier luttent pour leur santé mentale. Nous avons une responsabilité et une grande occasion de soutenir les Snapchatters en leur assurant un espace sécurisé pour la communication avec leurs amis et l'accès à des ressources vitales.

Au départ, Snapchat a été conçu pour permettre aux vrais amis de communiquer et de s'amuser sans subir la pression des likes et des commentaires - en évitant les fonctionnalités les plus toxiques des médias sociaux classiques qui favorisent la comparaison sociale et qui peuvent influencer la santé mentale. Nous savons que les liens entre les amis sont aussi une forme essentielle de soutien parmi les jeunes qui ont des problèmes de santé mentale - les amis sont généralement le premier appui lorsque ces derniers sont en difficulté. Une plateforme conçue pour les communications entre de vrais amis - c'est notre positionnement - pour aider et jouer un rôle important dans la prévention de l'intimidation et la sensibilisation de notre communauté sur la manière dont elle peut réagir au harcèlement en offrant des ressources qu'elle peut utiliser lorsqu'un ami est dans le besoin.

En cette Journée mondiale de la santé mentale, nous lançons une suite de nouvelles campagnes de lutte contre le harcèlement et la santé mentale dans le monde. Grâce à des partenariats avec des organisations spécialisées, ces campagnes encourageront les Snapchatters à être gentils les uns envers les autres et leur fourniront des outils locaux qu'ils peuvent utiliser en cas d'intimidation ou de problèmes de santé mentale.

L'une des principales manières de soutenir la santé mentale des Snapchatters est notre portail in-app "Here For You." Lancé en 2020, Here For You offre un soutien in-app proactif aux Snapchatters qui peuvent être confrontés à un problème de santé mentale ou une crise émotionnelle en fournissant des ressources des organisations spécialisées aux Snapchatters lorsqu'ils recherchent une gamme de sujets liés à la santé mentale. Aujourd'hui, nous annonçons de nouveaux déploiements de Here For You à travers le monde :

  • Contenu qui sensibilise sur la nouvelle ligne d'urgence Suicide et Crise 9-8-8 aux États-Unis.

  • En partenariat avec le 3114 en France sur un nouvel épisode axé sur la sensibilisation à la ligne directe de la lutte contre le suicide.

  • Lancement de Here For You en Allemagne et partenariat avec ich bin alles pour développer un contenu vidéo personnalisé qui couvre les thèmes tels que la dépression, le stress et plus.

  • Nouveau contenu au Pays-Bas développé avec Stichting 113 Zelfmoordpreventie (Lutte contre le suicide) pour la sensibilisation sur leur ligne directe de lutte contre le suicide et MIND axé sur la gestion de l'intimidation.

  • Nouveau contenu en partenariat avec la Fondation nationale de la santé mentale des jeunes et ReachOut en Australie sur les sujets tels qu'être un bon ami, la gestion du stress et le maintien d'un espace mental sain.

  • Partenariat avec Sangath pour apporter un nouveau contenu en Inde sur plusieurs sujets de santé mentale, notamment la gestion de l'anxiété, de la dépression et le soutien à un ami qui a des idées de suicide.

  • Lancement de Here For You en Arabie Saoudite en partenariat avec le Ministère des communications et de la technologie de l'information pour l'offre de conseils sur la lutte contre l'intimidation.

  • Présentation de notre deuxième classe de Club Unity aux États-Unis et partenariat avec la campagne "Seize the Awkward" sur les Lenses nationaux et le Filtre qui encouragent les Snapchatters à discuter de la santé mentale avec leurs amis.

Outre l'extension de Here For You et la mise à jour de Club Unity, nous collaborons avec des partenaires locaux de confiance pour sensibiliser notre communauté sur l'assistance et les ressources sur le terrain à travers les Filtres, les Lenses et les Stickers :

  • Au Canada, nous faisons équipe avec Kids Help Phone pour promouvoir leurs ressources en santé mentale grâce à une Lens et un Filtre et nous encourageons les Snapchatters à rechercher de l'aide en cas de besoin.

  • Partenaire avec 3114 en France sur un filtre national pour sensibiliser sur la ligne directe de lutte contre le suicide grâce à un Filtre. Nous collaborerons également avec E-Enfance sur une campagne de lutte contre l'intimidation qui met en évidence leur ligne directe du bien-être numérique.

  • En Allemagne, nous travaillons aussi sur une Lens avec ich bin alles qui fournit des conseils sur la manière d'aider un ami qui pourrait avoir des problèmes de santé mentale.

  • Aux Pays-Bas, nous travaillons avec 113 sur une Lens pour le partage des ressources essentielles avec les personnes pouvant avoir des pensées suicidaires.

  • En Norvège, nous soutenons la campagne nationale de sensibilisation sur la santé mentale, Verdensdagen for Psykisk Helse, avec une Lens et un Filtre. Nous collaborons avec Mental Helse pour la promotion de la ligne directe pour la santé mentale grâce à un Filtre.

  • Partenaire avec PROJECT ROCKIT en Australie pour aider les Snapchatters à réagir à l'intimidation avec une Lens, un Filtre et des Stickers.

Nous voulons que tous les utilisateurs de Snapchat vivent une expérience positive et sûre. En tant que plateforme conçue pour aider les vrais amis à communiquer de manière authentique, nous somme heureux d'avoir un outil que les Snapchatters peuvent utiliser pour se connecter et accéder aux ressources de soutien pour l'assistance à leur santé mentale. Nous sommes conscients qu'il y a encore des choses à faire et nous continuerons à travailler pour concevoir ces nouveaux outils, ces ressources et partenariats afin de soutenir les Snapchatters dans le besoin et pour le bien-être général de notre communauté.

Rentrée scolaire et Priorité à la sécurité en ligne

Les adolescents et les jeunes de la plupart des pays du monde reprennent le chemin de l’école et, la pandémie mondiale étant largement derrière nous, il semble qu’ils réintégreront les salles de classe et interagiront de manière constante — en personne et en ligne — avec leurs amis et camarades de classe. Le moment semble donc le mieux indiqué pour rappeler aux familles et aux adolescents de rester vigilants face aux risques liés à l’Internet, de continuer à adopter de bonnes habitudes et pratiques sur Internet et de se manifester s'ils ressentent de l’insécurité ou du désagrément sur Snapchat.

Chez Snap, la promotion d'expériences plus sûres et plus saines sur Snapchat est une priorité absolue et rien ne compte plus que la sécurité et le bien-être de notre communauté. Une meilleure compréhension des attitudes et des comportements des « Snapchatters » et de ceux qui utilisent des plateformes de médias sociaux plus traditionnelles constitue un élément essentiel de cette démarche. 

Plus tôt cette année, nous avons mené de nouvelles recherches sur les différents aspects de la vie en ligne qui contribuent au bien-être numérique global. Nous avons sondé un total de 9 003 personnes, notamment des adolescents (âgés de 13 à 17 ans), des jeunes adultes (âgés de 18 à 24 ans) et des parents d’adolescents âgés de 13 à 19 ans dans six pays (Australie, France, Allemagne, Inde, Royaume-Uni et États-Unis) sur cinq dimensions du bien-être numérique. Les détails* et les résultats complets, y compris notre premier indice de bien-être numérique pour chaque pays et pour les six pris de manière collective, seront publiés en février 2023 à l’occasion de la Journée mondiale pour un internet plus sûr. Toutefois, nous partageons certaines conclusions préliminaires à l’occasion de la rentrée scolaire et dans le cadre du déploiement des nouveaux outils de Centre parental destinés aux parents et gardiens du monde entier, tout cela dans le but de rappeler aux familles l’importance de rester en sécurité.

Évaluer les risques en ligne

Afin de déterminer si les adolescents et les jeunes adultes s’épanouissent en ligne, éprouvent des difficultés ou se situent quelque part entre les deux, il est nécessaire de comprendre leur degré d’exposition au risque. Sans surprise, nos recherches confirment que, lorsque les risques en ligne deviennent plus personnels, l’exposition a un effet négatif sur le bien-être numérique. 

Selon notre étude, les différentes formes d’intimidation et de harcèlement en ligne, notamment les taquineries, les injures, la mise dans l’embarras délibérée et le « flaming », ont toutes un impact négatif sur le bien-être numérique des jeunes. Il en va de même pour les risques en ligne liés à la sexualité et à l’automutilation, comme la sollicitation sexuelle ou le fait d’avoir des idées suicidaires ou autodestructrices.    

Ce qui peut surprendre, cependant, c’est l’apparente « normalisation » d’autres risques en ligne chez les adolescents et les jeunes adultes. L’usurpation d’identité en ligne, la diffusion d’informations fausses ou trompeuses et l’exposition à des contacts non désirés ou importuns ne sont que quelques-uns des types de risques qui présentent une faible corrélation avec le bien-être numérique, selon l’étude. Les réponses des jeunes sont peut-être encore plus préoccupantes. Près des deux tiers des personnes interrogées (64 %) ont déclaré ignorer ou faire fi des mauvais comportements en ligne, au lieu de les signaler à la plateforme ou au service concerné. Ils estiment qu’un tel comportement « n'est pas un gros problème », car il relève d’une personne qui « exprime simplement une opinion ». Ajoutez à cela le fait que plus d’un quart des personnes interrogées (27 % en moyenne) avaient déclaré que les mauvais acteurs ne risquaient pas d’être confrontés à des conséquences graves et que 9 personnes sur 10 interrogées dans le cadre de cette étude avaient avancé un certain nombre de raisons apathiques pour lesquelles elles ne signalaient pas les comportements non réglementaires aux plateformes et services en ligne. 

Importance de signaler les mauvaises pratiques en ligne

L’indifférence à l’égard du signalement reste un thème récurrent sur toutes les plateformes technologiques, mais nous devons inverser la tendance et encourager les adolescents et les familles à nous signaler les personnes susceptibles de partager du contenu ou de se comporter d’une manière qui enfreint nos règles communautaires. Ce n'est pas seulement une bonne attitude : c’est aussi une manière de prendre position pour aider à protéger les autres Snapchatters. En effet, le signalement de contenus et de comportements abusifs ou préjudiciables (qui nous permet d'y remédier) contribue à améliorer l’expérience de l'ensemble de la communauté. 

Les Snapchatters peuvent signaler un problème dans l’application en maintenant simplement le doigt appuyé sur un élément du contenu ou en remplissant ce formulaire en ligne sur notre site d’assistance. (Consultez cette fiche d’information sur les signalements pour en savoir plus). Les parents et gardiens qui utilisent les outils de notre nouveau Centre parental, actuellement disponible en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et aux États-Unis, peuvent également signaler les comptes qui pourraient poser problème, et ce directement dans l’application. Centre parental sera disponible sur d’autres marchés internationaux dans les semaines à venir et d’autres mises à jour de Centre parental sont prévues pour la fin de l’année. Les adolescents auront notamment la possibilité d’informer leurs parents ou leurs gardiens qu’ils ont signalé un problème à Snapchat.

Nous avons hâte de partager d’autres résultats de notre recherche sur le bien-être numérique dans les mois qui précéderont la Journée pour un Internet plus sûr qui aura lieu le 23 février 2023. En attendant, nous vous souhaitons de retourner à l’école en gardant bien à l’esprit la sécurité en ligne et le bien-être numérique !

– Jacqueline Beauchere, responsable mondiale de la sécurité de la plateforme Snap

*L’échantillon était composé de 6 002 adolescents et jeunes adultes, dont 4 654 ont déclaré utiliser Snapchat.  Au total, 6 087 personnes interrogées ont déclaré être des utilisateurs de Snapchat (y compris les parents). Les questions ne portaient pas sur une plateforme de réseau social particulière, mais sur les interactions en ligne en général.

Notre approche pour prévenir la propagation de fausses informations sur Snapchat

À l'approche des élections de mi-mandat aux États-Unis, nous souhaitions mettre en avant notre approche de longue date visant à empêcher la diffusion de fausses informations sur Snapchat, ainsi que les mesures que nous continuons à prendre pour renforcer nos solides fondations en matière de prévention de la diffusion de fausses informations sur notre plateforme. 

Nos efforts reposent depuis toujours sur l'architecture de notre plateforme. Avec Snapchat, nous voulions construire quelque chose de différent pour retranscrire la spontanéité et le plaisir que procurent les conversations de la vie réelle. Depuis le début, nous avons intégré la sécurité et la confidentialité dans la conception fondamentale de notre plateforme. C'est pourquoi Snapchat s'ouvre directement sur un appareil photo et non pas sur un flux de contenu sans fin, et se concentre sur connecter des personnes qui sont déjà des amis dans la vraie vie. Nous avons toujours voulu que les utilisateurs de Snapchatters puissent s'exprimer et s'amuser avec leurs amis, sans être obligés d'augmenter leur nombre d'adeptes, de gagner des vues ou des likes. Snapchat reflète la façon dont nous communiquons normalement en face à face, ou au téléphone, car la communication numérique sur Snapchat s'efface par défaut. Sur Snapchat, nous limitons la possibilité pour les contenus non modérés d'atteindre une large audience. Pour ce faire, nous appliquons des normes plus strictes au contenu amplifié afin de nous assurer qu'il est conforme à nos directives en matière de contenu. Si Snapchat a évolué au fil des ans, nous avons toujours essayé de construire une technologie qui permette la créativité et qui donne la priorité à la sécurité, à la vie privée et au bien-être de notre communauté.

En plus de notre architecture fondamentale, il existe un certain nombre de politiques clés qui nous aident à empêcher la diffusion de fausses informations sur Snapchat : 

  • Nos politiques interdisent depuis longtemps la diffusion de fausses informations.   Tant nos règles communautaires, qui s'appliquent de la même manière à tous les Snapchatters, que nos directives en matière de contenu, qui s'appliquent à nos partenaires Discover, interdisent la diffusion de fausses informations susceptibles de causer du tort - y compris, par exemple, les théories du complot, la négation de l'existence d'événements tragiques, les allégations médicales non fondées ou l'atteinte à l'intégrité des processus civiques. Cela inclut le partage de médias manipulés pour induire en erreur sur des événements réels (y compris l'hypertrucage ou les contenus manipulés nuisibles).

  • Nous avons adopté une approche simple pour lutter contre les fausses informations : les supprimer. Lorsque nous trouvons un contenu qui enfreint nos directives, notre politique consiste à le retirer, ce qui réduit immédiatement le risque qu'il soit partagé plus largement. 

  • Dans toute notre application, nous ne permettons pas à un contenu non approuvé de devenir viral. Snapchat ne propose pas un fil d'actualité ouvert où des personnes ou des éditeurs peuvent diffuser de fausses informations. Notre plateforme Discover propose du contenu provenant d'éditeurs de médias sélectionnés, et notre plateforme Spotlight fait l'objet d'une modération proactive avant que le contenu ne puisse atteindre un large public. Nous proposons des discussions de groupe, dont la taille est limitée, qui ne sont pas recommandées par des algorithmes et qui ne peuvent pas être consultées sur notre plateforme par des personnes qui ne sont pas membres de ce groupe.

  • Nous utilisons des processus d'examen par des humains pour vérifier les faits de toutes les publicités politiques et de plaidoyer. Toutes les annonces politiques, y compris les annonces liées aux élections et les annonces de défense d'une cause, doivent comporter un message transparent « sponsorisé » qui dévoilé l'identité de l'organisation qui les parraine. Nous donnons accès à des informations sur toutes les annonces qui passent notre examen dans notre bibliothèque d'annonces politiques. En ce qui concerne les élections américaines, nous nous associons au Poynter Institute, organisme non partisan, pour vérifier de manière indépendante les déclarations sur les publicités politiques. En outre, pour contribuer à atténuer les risques d'ingérence étrangère dans les élections, nous interdisons l'achat de publicités politiques en dehors du pays dans lequel la publicité sera diffusée.

  • Nous nous sommes engagés à améliorer la transparence de nos efforts pour lutter contre les fausses informations. Notre dernier rapport sur la transparence, qui couvrait le second semestre 2021, comprenait plusieurs nouveaux éléments, notamment des données sur nos efforts pour lutter contre les fausses informations au niveau mondial. Au cours de cette période, nous avons pris des mesures à l'encontre de 14 613 contenus et comptes pour violation de nos politiques en matière de fausses informations - et nous prévoyons de fournir une répartition plus détaillée de ces violations dans nos prochains rapports. 

Dans cette optique, avant les élections de mi-mandat, nous avons également mis en place des processus internes dédiés au partage d'informations et au suivi de l'efficacité de nos politiques et de nos autres efforts de réduction des dommages, afin de pouvoir calibrer notre approche si nécessaire. Nous nous engageons également activement auprès de chercheurs, d'ONG et d'autres parties prenantes des communautés de l'intégrité électorale, de la démocratie et de l'intégrité de l'information, afin de nous assurer que nos mesures de protection sont ancrées de manière responsable dans le contexte plus large des tendances émergentes et éclairées par les points de vue des experts.

Nous nous efforçons également d'établir des partenariats avec des experts afin de promouvoir une plus grande intégrité des informations. Grâce à notre plateforme de contenu Discover, nous nous efforçons de fournir à notre communauté des informations crédibles et précises, provenant d'éditeurs tels que le Wall Street Journal, le Washington Post, VICE et NBC News.

Nous avons également développé un large éventail de ressources dans l'application pour mettre les utilisateurs en contact avec des informations civiques, notamment sur les possibilités de s'inscrire sur les listes électorales ou même de se présenter aux élections locales. 

Jouer notre partition pour promouvoir un environnement d'information responsable reste une priorité majeure à travers notre entreprise, et nous continuerons à explorer des approches innovantes pour atteindre les Snapchatters partout où ils se trouvent, tout en renforçant nos efforts de protection de Snapchat contre les risques de fausses informations virales. 

Présentation de Centre parental sur Snapchat

Family Center Banner Image

Chez Snap, nous pensons que nos produits doivent refléter les comportements humains réels, et la façon dont les gens agissent et interagissent dans leur vie quotidienne. Dès le départ, nous avons mis un point d'honneur à construire les choses différemment, en nous efforçant d'aider les Snapchatters (utilisateurs) à communiquer avec leurs amis proches dans un environnement qui privilégie leur sécurité, leur vie privée et leur bien-être. 

C'est pourquoi Snapchat s'ouvre directement sur une caméra, et non sur un fil de contenu sans fin, et est axé sur la mise en relation de personnes qui sont déjà amies dans la vie réelle. Nous avons toujours voulu que les Snapchatters (utilisateurs) puissent s'exprimer sincèrement et s'amuser avec leurs amis comme ils le feraient s'ils se rencontraient en réalité, sans être obligés d'augmenter leur nombre de followers, de gagner des vues ou de gagner des likes.

Créer une expérience sûre et positive pour eux est un élément crucial de cette mission. Bien que nous souhaitions que notre plateforme soit sûre pour tous les utilisateurs, nous avons mis en place des protections supplémentaires pour les adolescents. Par exemple, sur Snapchat :

  • Par conséquent, les adolescents doivent être des amis communs avant de pouvoir commencer à communiquer ensemble. 

  • Les listes d'amis sont privées, et nous n'autorisons pas les adolescents à avoir des profils publics. 

  • Et nous avons mis en place des dispositifs de protection pour qu'il soit plus difficile pour des inconnus de trouver des profils d'adolescents. Par exemple, les adolescents ne peuvent apparaître comme "ami suggéré" ou dans les résultats de recherche que dans des cas bien précis, notamment s'ils ont des amis communs.

Aujourd'hui, Snapchat est un outil de communication central pour les jeunes, et comme notre communauté continue de s'agrandir, nous savons que les parents et les éducateurs veulent des moyens supplémentaires pour aider à assurer la sécurité de leurs adolescents. 

C'est pourquoi nous présentons un nouvel outil intégré à l'application, appelé Centre parental, qui aidera les parents à mieux connaître les amis de leurs adolescents sur Snapchat et les personnes avec lesquelles ils ont communiqué, sans révéler le contenu de leurs conversations. 

Family Center 1

Centre parental est conçu pour refléter la manière dont les parents s'engagent avec leurs adolescents dans le monde réel, où les parents savent généralement avec qui leurs adolescents sont amis et quand ils sortent - mais n'écoutent pas leurs conversations privées. Dans les semaines à venir, nous ajouterons une nouvelle fonctionnalité qui permettra aux parents de voir facilement les nouveaux amis que leurs adolescents ont ajoutés.

Dans Centre parental, les parents peuvent également signaler facilement et confidentiellement tout compte qui pourrait être inquiétant directement à nos équipes de confiance et de sécurité, qui travaillent 24 heures sur 24 pour assurer la sécurité des Snapchatters (utilisateurs). Nous fournissons également aux parents et aux adolescents de nouvelles ressources pour les aider à avoir des conversations constructives et libres sur la sécurité en ligne.

Pour développer Centre parental, nous avons travaillé avec des familles pour comprendre les besoins des parents et des adolescents, sachant que l'approche de chacun en matière d'éducation parentale et de vie privée est différente. Nous avons également consulté des experts en matière de sécurité et de bien-être en ligne afin de prendre en compte leurs commentaires et leurs idées. Notre objectif était de créer un ensemble d'outils conçus pour refléter la dynamique des relations dans le monde réel et favoriser la collaboration et la confiance entre parents et adolescents. Pour en savoir plus sur la façon de démarrer dans Centre parental, regardez cette vidéo explicative :

Cet automne, nous prévoyons d'ajouter des fonctionnalités supplémentaires à Centre parental, notamment de nouveaux contrôles de contenu pour les parents et la possibilité pour les adolescents d'avertir leurs parents lorsqu'ils nous signalent un compte ou un contenu. Bien que nous modérions et contrôlions étroitement nos contenus et nos plateformes de divertissement, et que nous ne permettions pas à des contenus non vérifiés d'atteindre un large public sur Snapchat, nous savons que chaque famille a des opinions différentes sur les contenus appropriés pour ses adolescents et nous voulons leur donner la possibilité de prendre ces décisions personnelles. 

Notre objectif est d'aider à responsabiliser les parents et les adolescents tout en protégeant l'autonomie et la vie privée de ces derniers. Nous sommes impatients de continuer à travailler en étroite collaboration avec les familles et les experts de la sécurité en ligne pour continuer à améliorer Centre parental au fil du temps. Pour en savoir plus sur Centre parental et sur la façon dont nous travaillons pour protéger les adolescents sur Snapchat, consultez ce Guide du parent sur Snapchat.

-- L'équipe de Snap

Update on Our Ongoing Work to Combat the U.S. Fentanyl Epidemic

Last year, as part of our ongoing efforts to understand young people’s awareness of the dangers of fentanyl and the broader epidemic of counterfeit pills, we conducted a survey of young Americans and found that nearly half (46%) rated their average stress level as 7 out of 10 or above. Nearly 9 in 10 (86%) of respondents agreed that people their age feel overwhelmed.

By now, it is well understood and documented that the U.S. is facing a significant mental health crisis among young people. According to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC), in 2021, 37% of high schoolers reported poor mental health, while 44% reported they persistently felt sad or hopeless during the past year. 

This era of extraordinary challenges to emotional well-being has contributed to an epidemic of young people, including teenagers, turning to illicit prescription drugs as a coping mechanism. Tragically, drug cartels are preying on young people’s search for coping mechanisms, flooding the country with cheap, counterfeit prescription pills that are frequently poisoned with fentanyl, a powerful synthetic opioid that is 50-100 times more potent than morphine. According to the U.S. Drug Enforcement Agency, over 40% of illicit pills tested contained potentially lethal levels of fentanyl. 

Studies show prescription drug abuse is the fastest growing form of drug abuse among teens, with as many as one in six teenagers reporting using prescription drugs to alter their moods or other purposes. Across the nation, scores of Americans, including a growing number of young Americans, are dying from fentanyl after taking what they believed were safer, legitimate prescription pills.

According to our own study, about 15% of those aged 13-24 have abused prescription medicines, one in five have thought about doing so, and 40% know someone who has done so. Eighty-four % say coping with anxiety and stress is the reason they and their peers are turning to pills.

At Snap, we have always had a zero-tolerance policy against using our platform in connection with illicit drug sales, and have focused on combating the fentanyl epidemic in three key ways: by constantly improving our technologies for proactively detecting this content and shutting down drug dealers who abuse our platform; by strengthening our support for law enforcement; and by partnering with expert organizations to educate Snapchatters directly in our app about the horrific dangers of fentanyl. You can learn more about our strategy in previous public updates here and here

It’s been a year since we launched the first steps of our ongoing in-app public awareness campaign and we wanted to provide an overview of continuing work to address this crisis from every angle:  

  • We have engaged former heads of federal drug enforcement agencies to advise us on these efforts, and work closely with experts in counternarcotics, the law enforcement community, organizations focused on raising awareness of fentanyl and counterfeit pills, and parents. 

  • To further strengthen our support for law enforcement investigations, we have heavily invested in growing our own law enforcement operations team by 74% over the last year, with many of these new team members joining from careers as prosecutors and law enforcement officials with experience in youth safety. Last October, we held our first annual Law Enforcement Summit, with more than 1,700 law enforcement officials from federal, state and local agencies participating. 

  • We are investing heavily in AI and machine learning tools to proactively detect dangerous drug activity on Snapchat, and work with experts to find illicit drug-related content across other platforms that references Snapchat, so we can find drug dealers’ accounts and take swift action to shut them down. As a result, our detection volumes have increased by more than 25% since the beginning of the year, and 90% of identified violating illicit drug content is proactively detected before any Snapchatter has the opportunity to report it.

  • When we find illicit drug dealers using our platform, we promptly ban their accounts, and take steps to block them from creating new ones. We cooperate with law enforcement investigations, including by preserving and disclosing data in response to valid legal requests. 

  • We block search results on Snapchat for drug keywords and slang, and instead show educational content from experts about the dangers of fentanyl through an in-app portal called Heads Up. Our partners include the Centers for Disease Control and Prevention (CDC), the Substance Abuse and Mental Health Services Administration (SAMHSA), Community Anti-Drug Coalitions of America (CADCA), Truth Initiative, and the SAFE Project. Since the launch of Heads Up, over 2.5 million Snapchatters have been proactively served content from these organizations. 

  • We have also added new measures to limit Snapchatters under 18 from showing up in search results or as a friend suggestion to someone else unless they have friends in common. This builds on protections we’ve long had in place that require teens to be friends with another Snapchatter in order to communicate directly.

  • We have launched several series of video advertising campaigns in our app to educate Snapchatters about fentanyl. Our first, launched last summer in partnership with Song for Charlie, was viewed over 260 million times on Snapchat. Last month, as part of National Fentanyl Awareness Day, we ran another set of in-app public service announcements, a national Lens, and filter that were viewed nearly 60 million times. 

  • Our in-house news show, Good Luck America, which is promoted on our content platform in Snapchat and is also available in Heads Up, has been covering the fentanyl crisis for more than a year through a special dedicated series, which has been viewed by more than 900,000 Snapchatters to date. 

  • As part of our larger strategy, we’re also committed to working with other platforms. We recently began a pilot program with Meta in which we are sharing patterns and signals of illicit drug-related content and activity. This signal-sharing program allows both platforms to bolster our proactive detection efforts in finding and removing illicit drug content and dealer accounts. We look forward to continuing this collaboration, with the goal of having other platforms join us as we work across industry to help combat the growing fentanyl epidemic. 

  • Last month, we announced that we’re teaming up with the Ad Council and other tech platforms, including Google and Meta, on an unprecedented public awareness campaign that will launch this summer to help both young people and parents learn more about the dangers of fentanyl. Learn more about this new campaign here.

  • As an app built for communicating with real friends, who are a critical support system for each other when dealing with mental health challenges, we continue to expand our in-app tools and resources on a range of mental health topics – a long-term and ongoing priority for us. (Learn more here and here). 

  • Additionally, we’re developing new in-app tools for parents and caregivers to give them more insight into who their teens are talking to on Snapchat, while still respecting Snapchatters’ privacy. We plan to roll these new features out in the coming months.

Taken together, we believe these measures are making Snapchat an increasingly hostile environment for drug dealers and we will continue to examine how we can keep meaningfully improving our efforts, knowing dealers will always look for ways to evade our systems. 

We also recognize that this issue goes far beyond Snapchat. Ultimately, the solution to this epidemic lies in a nationwide effort to address the root causes of this crisis, including the conditions that create such profound mental health challenges for young people. We will keep working with and listening to our community on this critical topic. Our long-term goal as a society must be nothing less than a world in which far fewer young people experience mental health challenges and those that do have equitable access to appropriate services and care, rather than feeling they must turn to illicit drugs. This will require a coordinated effort between government, law enforcement, the technology sector, health care services and more, and we are committed to doing everything we can to help support this goal. 

Mental Health Awareness Month: Announcing an Industry-Wide Campaign to Combat the Nationwide Fentanyl Epidemic

Over the past year and a half, Snap has been deeply focused on doing our part to help combat the broader national fentanyl crisis, which has continued to intensify during the pandemic. The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) estimates that over 100,000 people died due to drug overdose in the 12-month period ending November 2021. And according to a recent study published in JAMA, 77% of adolescent overdose deaths in 2021 involved fentanyl. 

At Snap, we have taken a holistic approach to eradicating drug dealers from our platform, strengthening our support for law enforcement investigations, and educating Snapchatters about the dangers of counterfeit pills laced with fentanyl. Our work has involved working closely with parents, expert organizations, and law enforcement to continue to learn how we can keep strengthening these efforts.

To help inform our in-app education efforts, last year we commissioned research from Morning Consult to better understand young people’s awareness of fentanyl, and why they are increasingly turning to prescription pills. Our research not only found that young people were significantly unaware of the extraordinary dangers of fentanyl and how pervasive it is in counterfeit prescription pills, but it brought to light the strong correlation between the larger mental health crisis and the increased use of prescription drugs. Teenagers are suffering from high levels of stress and anxiety, and as a result are experimenting with non-medical, abuse of prescription drugs as a coping strategy. 

Through all of our ongoing work, it has become clear that a larger, industry-wide approach is needed to help educate both young people and parents about the dangers of fentanyl. 

Today we’re grateful to be collaborating with the Ad Council on an unprecedented public awareness campaign launching this summer to help Americans learn about the dangers of fentanyl. Snap, along with Meta and Google, will be funding this effort. With the help of additional media partners, we will also be donating media space and developing and distributing content designed to educate both young adults and parents on this growing fentanyl crisis. 

Additionally, we’re sharing updates on our continued work to crack down on drug-related activity by improving our underlying technology to better detect drug-related content, while continuing to increase public awareness through key partnerships and in-app educational resources. 

Since our last public update in January, we have put even stronger machine learning models in place for automatically detecting drug-related text, images, and emojis. As of March 2022, more than 90% of the dangerous drug-related content that we proactively detected using these tools has been removed within minutes.

We’re also expanding our educational resources for Snapchatters by: 

  • Welcoming new partners like SAFE Project founded by Admiral James and Mary Winnefeld – working to combat the nation's catastrophic addiction epidemic  – to Heads Up, our in-app portal that distributes expert resources to Snapchatters who search for a range of drug-related search terms and slang. Since the launch of Heads Up, over 2.5 million Snapchatters have been proactively served educational content from trusted expert organizations like Song for Charlie, Shatterproof, the Substance Abuse and Mental Health Services Administration (SAMHSA), the Centers for Disease Control and Prevention (CDC), the Community Anti-Drug Coalitions of America (CADCA) and Truth Initiative.

  • Expanding our partnership with CADCA by collaborating with their National Advisory Youth Council to develop Heads Up resources specifically geared towards substance misuse, community engagement, and prevention advocacy.  

  • Teaming up with the Partnership to End Addiction – the nation’s leading organization dedicated to addiction prevention, treatment, and recovery – to develop a guide focused on educating parents and caregivers about the dangers of fentanyl, and provide tips for how to discuss the risks with their teens. This will be available in English and Spanish on the Partnership to End Addiction’s resource page and on Snap’s Safety Center. 

  • As part of our ongoing special Good Luck America series focused on the fentanyl crisis, in the coming weeks we will release our next episode featuring an interview with Dr. Rahul Gupta, the Director of National Drug Control Policy at the White House, to help Snapchatters understand the drug-overdose epidemic and its impact on young Americans. 

In addition to these new tools and resources, we are also updating our in-app reporting flow to make it even easier for Snapchatters to report harmful content – that way, we can act even faster to protect our community. We’re doing this by reducing the number of steps it takes to submit a report, providing detailed definitions of each reporting category so it’s clear what our corresponding policies are, increasing the number of reporting categories so there’s more specificity around the type of abuse that’s taking place and closing the feedback loop by letting Snapchatters know what take we take on their reports.

In the upcoming months, we will also be rolling out our new parental tools, with the goal of giving parents more insight into who their teens are talking to on Snapchat, while still respecting the teen’s privacy. 

Additional Efforts to Support our Community’s Mental Health and Wellbeing 

With Mental Health Awareness Month underway, we are also announcing a slate of new partners and launching creative and educational tools to help Snapchatters look after their mental health and wellbeing, and to support their friends. We believe this is especially important given the strong correlation between mental health and young people self-medicating. These efforts include: 

  • Participating as a partner in the White House’s first-ever Mental Health Youth Action Forum alongside leading mental health non-profits in an effort to empower young people to drive action on mental health. 

  • Serving as a Founding Partner of Mental Health Action Day. In an effort to remind Snapchatters to take care of their own wellbeing, we will launch a new augmented reality (AR) Lens that encourages Snapchatters to take a wellness break and participate in a breathing exercise. 

  • In addition, we’re adding new partners to Here for You, our in-app mental health portal, including The Jed Foundation, The American Foundation for Suicide Prevention, Movember, and the National Alliance for Eating Disorders.

As we roll out these additional resources, we continue to prioritize the mental health and wellbeing of our community every day. As an app built to help people communicate with their real-life friends – who we know are critical support systems for those experiencing mental health challenges – we will continue to develop innovative tools and resources to help Snapchatters to stay healthy and safe.